Journal de bord n°3 - Mardi 5 décembre 2017

(actualisé le ) par J. MARTIN

Présentation de l’intrigue de Maison de poupée, Henrik Ibsen, 1879. H. Ibsen est un dramaturge suédois très célèbre, dont l’épouse était féministe et l’a beaucoup influencé.
Maison de poupée : Nora a épousé Helmer qui la traite comme une "poupée", une enfant irresponsable. Par le passé, pour le sauver de la maladie, Nora a contracté un emprunt en faisant un "faux" (c’est-à-dire qu’elle a signé à la place de son père), sans jamais parler ni de son emprunt ni du faux à son mari. Mais elle subit le chantage de celui auprès duquel elle a contracté l’emprunt, car il va se faire congédier de la banque dont Torvald deviendra bientôt le directeur. Quand Torvald l’apprend, il ne s’inquiète que pour lui-même.
Nous nous arrêtons sur la toute dernière scène (distribuée aux élèves), celle de la tombée des masques. Nora prend conscience qu’elle a été traitée en enfant toute sa vie sauf quand elle commet une erreur (et qu’alors est accusée très violemment) et que Torvald est un égoïste. Sa prise de conscience est féministe : elle veut vivre en toute autonomie.

Consigne - les élèves doivent soit :
1) jouer la scène avec le texte
2) placer des répliques du texte dans une improvisation reprenant les problématiques de cette scène de révolte féminine.

Groupe 1 : Shanaëlle et Cassandra jouent Nora. Échange des vestes dès que l’une ou l’autre joue Nora. Beyza et Ivenilde jouent Torvald. Choix : interprétation du texte. Conseils : accentuer la mise en scène. Les deux Torvald pourraient faire les mêmes gestes, comme le font les Nora.
Focus : didascalie interne = quand l’auteur-trice place une indication de jeu dans une réplique.
Jeu intéressant : un Torvald sec, l’autre apeuré, dans le doute, qui interroge son double du regard.

Groupe 2 : Ryan, Ethan, Aïcha, Youram.
À partir de "Nora", p. 146. Torvald est un oppresseur agressif. Lumière éteinte : changement de groupe. Torvald est joué cette fois de façon désespérée mais également dominante.
Dans le noir : espace-temps à combler (Nora battue ?).
Proposition d’Aïcha : pas en avant pour l’affronter. Noir : Aïcha au sol, se couvrant de ses bras = Torvald l’a frappée.

Groupe 3 : Alioune, Inès G., Bryant, Elaia, Lauriane, Lyna. Alioune interprète Torvald et Elaia Nora, détachée et distante. Inès G. et Bryant appuient les expressions d’Alioune par le corps. Lauriane et Lyna font pareil avec Elaia. Changement : Lyna prend la place d’Elaia, et Bryant celle d’Alioune. Puis Laurianne prend la place de Lyna et Inès G. celle de Bryant. Lauriane joue une Nora grandiloquante.

Groupe 4 : Slimane, Yoni, Regina, Justine.
Slimane et Regina, assis, disent le texte avec intonation. Yoni et Justine sont au centre pour mimer ce que le texte raconte.

Groupe 5 : Enzo et Anissa jouent Nora, Inès et Jenna jouent Torvald.
Déconstruction de l’incarnation car Enzo-Nora commence par parler avec Inès-Torvald, puis avec Jenna-Torvald, qui elle-même s’adresse à Anissa. Changement permanent d’adresse. Interprétation de Nora touchante, blesée, affaiblie. Proposition : ne pas s’asseoir entre chaque prise de parole.

Groupe 6 : Sally Bell, Sarah, Laur’Agness, Shirin, Julie, Khady, Ingrid. Deux Nora, un Torvald, du public et un enfant.

juillet 2018 :

Rien pour ce mois

juin 2018 | août 2018