Hommages nationaux rédigés par les élèves dans le cadre de l’enseignement d’exploration « Littérature et société »

par J. MARTIN

Mercredi 19 septembre, 80 élèves de 2ND de l’enseignement d’Exploration "Littérature et société" ont été conviés à assister à l’Hommage Nationale aux Victimes du Terrorisme dans les Jardins de l’Intendant de l’Hôtel National des Invalides.

Touchés par les témoignages des victimes ou de leurs proches, par l’émotion qui se dégageait de cette cérémonie, par le sentiment d’union et forts de cette expérience citoyenne, des élèves ont voulu à leur tour rendre hommage aux victimes.

Hommage n°1 - Anonyme :

« Mesdames, Messieurs, Chères familles,
Mesdames, Messieurs, les Présidents d’associations,
Mesdames, Messieurs les ministres,
Mesdames, Messieurs, les Elus,

Cela fait aujourd’hui plusieurs années que la France subit des attaques terroristes. Cette date du 19 septembre a marqué la population française au plus profond de sa chair, de par sa violence et la gravité des actes commis.

Malgré, la colère et la douleur, notre peuple, reste uni, partageant la tristesse des victimes avec beaucoup d’humanité.

Nos pensées vont aux victimes de ces trop nombreux attentats, commis depuis bien trop d’années. Je tiens tout particulièrement à remercier toutes les associations d’aide aux victimes qui se sont constituées après tous ces attentats, pour leur immense soutien et accompagnement des personnes touchées, mais aussi pour leur aide à se reconstruire après le traumatisme psychologique.

La France doit mener une lutte implacable contre toutes les formes de terrorisme. Les cérémonies de commémoration contribuent au travail de mémoire. Les défis sont encore nombreux, nous devons mener jusqu’au bout les combats de la République. »

Hommage n°2 - Anonyme :

« Chères victimes, amis, Français et Françaises,
Je m’adresse à vous aujourd’hui, pour vous témoigner ma compassion, mon chagrine et ma colère contre les actes terroristes que les Français subissent aujourd’hui. De quelques natures qu’il soit indépendantiste ou islamiste, beaucoup en souffrent et ce n’est pas normal. Que l’on soit jeune, âgé, victime directe ou indirecte, habitant en France ou non, suivant une religion ou non, riche, pauvre, d’origine maghrébine, espagnole ou encore ruse, nous tous concernés par ces actes qui font des ravages, matériaux, physiques et psychologiques.
Mais si je vous parle aujourd’hui, ce n’est pas pour que l’on s’apitoie sur notre sort ou celui des autres, mais plutôt pour que l’on se motive, que l’on s’aide dans les moments difficiles, dans les démarches, dans les deuils, afin de surmonter ces épreuves ensemble. Nous devons montrer que la France n’est pas faible, qu’elle ne se laissera faire et qu’elle restera soudée. En aucune façon, je vous dis de prendre les armes et d’aller combattre, car cela nous mettra au même niveau de bêtise qu’eux et ne servira à rien de toute façon. Non, ce n’est pas un message que je veux faire passer, mais d’être fort, d’en parler, d’être attentif et d’aider au mieux, même si e ne sont que de petites choses, ce sera déjà une grande aide.
Pour ma part, j’essaie aussi, cependant étant mineur, il n’est encore difficile de faire de grandes choses, mais j’en ai la volonté.
J’espère que d’ici, cependant étant mineur, il n’est encore difficile de faire de grandes choses, mais j’en ai la volonté. »

Hommage n°3 - Anonyme :

« Bonjour à toutes les Françaises et à tous les Français,

Je m’exprime en tant que future citoyenne et lycéenne, au nom de la jeunesse, de la famille des victimes du terrorisme.

Pour commencer, mes pensées sont tournées aux victimes et aux familles des victimes, dont certains de leurs proches sont morts courageusement dans des conditions effroyables.

La jeunesse d’aujourd’hui représente aussi l’avenir de demain. C’est pour cela que les jeunes français devrons avoir le droit et le devoir de prendre connaissance et d’être sensibilisé aux dangers du terrorisme afin de faire disparaître le phénomène de radicalisation chez les jeunes. Notre rôle est important pour l’avenir dans le combat contre le terrorisme.

Les victimes survivantes méritent d’être entendues pour leur vécu, de ne pas être mise à l’écart et de créer avec ses derniers un lien d’union et de fraternité.

C’est pour cela que je dis avec mes plus sincères pensées : vive la République et vive la France !