Accueil > Actions culturelles > Sorties/Projets ponctuels > "Mahmoud et Nini", une représentation dans les murs

"Mahmoud et Nini", une représentation dans les murs

Publication : par Jérémy MARTIN

Le mardi 14 décembre, nous avons accueillis au lycée, une représentation de "Mahmoud et Nini" conçu et mis sur scène par Henri Jules Julien avec Virginie Gabriel et Mahmoud El Haddad. Les élèves de 2GT3, de 1ère HLP, d’option théâtre et de la classe passerelle ont ainsi bénéficié d’une représentation in situ de ce spectacle en arabe et français, surtitré en français et arabe.

Résumé :
Virginie (Nini), une femme française dans la cinquantaine, rencontre Mahmoud, jeune égyptien à la peau cuivrée. Elle ne parle que le français, lui que l’arabe : ils dialoguent par l’intermédiaire d’une traduction automatique. Mais aussi à travers des couches d’à priori, stéréotypes et clichés, idéologies, que l’une porte sur l’autre, l’autre sur l’une. Incompréhensions, maladresses, ambiguïtés, non-dits, trop-dits se multiplient. Pourtant ils veulent bien faire - ce sont des personnes sensées, sensibles même. Mais il ne suffit pas de simplement vouloir pour s’émanciper de siècles de visions biaisées.
Une rencontre impossible ? Sauf, peut-être, à carrément s’expliquer avec ces visions déformées de l’autre. D’ailleurs, comment en sont-ils arrivés là ? Entre autre parce qu’ils sont comédiens et qu’un auteur/metteur en scène français les a convoqués sur scène... Jeux de masques qui tombent, en révélant d’autres ; théâtre dans le théâtre : une comédie de mœurs orientaliste ! Mais aussi une insolente traversée des lieux communs de la "rencontre interculturelle" par temps de crise identitaire.


Les 2GT3 nous parlent de la pièce :

Cette pièce de théâtre est une rencontre culturelle entre deux personnes qui ne parlent pas la même langue (Mahmoud est égyptien et parle arabe, alors que Nini est française et parle le français). Ils dialoguent par l’intermédiaire d’une traduction automatique. Lors du dialogue, il est question de clichés, idéologies, stéréotypes. (Salma)

Cette mise en scène est une mise en scène réaliste, qui nous montre les clichés que les gens peuvent avoir su les Arabes et sur les Français. (Oubaïdallah)

J’ai aimé cette pièce car elle parle des préjugés de la société, par exemple le racisme, l’équation selon laquelle terroristes égalent musulmans et aussi le fait que toute femme voilée est soumise ou forcée. Cette pièce permet aussi d’ouvrir les yeux de certaines personnes. (Ousmane)

Tout au long de la mise en scène, ils vont dialoguer sans se lâcher aucun regard. Ils vont surtout dire des préjugés, clichés sur leurs religions. Nini est une femme curieuse. Durant la pièce, elle n’a fait que poser des questions à Mahmoud sur lui, sa famille, sa religion, etc. Plus on avance dans la mise en scène, plus on découvre des choses sur les personnages. (Chaïma)

C’est une pièce de théâtre qui représente une rencontre interculturelle entre Mahmoud un jeune égyptien et Virginie (Nini), une Française. Pour pouvoir communiquer entre eux, il y a la mise en place d’une traduction automatique (qui est projetée sur un mur). Les deux personnages exposent leur vision des choses concernant l’autre, on se rend facilement compte qu’il y a une majorité de clichés et de stéréotypes (ce qui peut énerver quelques fois). Il y a beaucoup d’incompréhension entre les deux personnages. C’est une pièce humoristique.
Le personnage de Mahmoud est celui que j’ai préféré. C’est un homme souriant avec un très bon jeu d’acteurs qui rend la pièce vivante et animée. C’est un égyptien assez grand, plutôt chauve, avec une peau cuivrée. Il porte un tee-shirt blanc et basique ainsi qu’un pantalon bleu, ses vêtements n’ont rien d’extravagant. Il a, en effet, un accent arabe, car il parle couramment l’arabe littéraire (d’Egypte). J’ai aimé son jeu et son comportement calme, sans manières comparé à Nini.
C’était une pièce assez originale avec un bon jeu d’acteur de la part des comédiens et un sérieux admirable. Malheureusement, j’aurais aimé un peu plus de décors ou encore d’explication de la part des comédiens (que ce soit au début ou à la fin). Il y avait quelques moments drôles et d’autres assez ennuyeux. J’ai adoré le personnage de Mahmoud pour son sourire et le fait qu’il puisse communiquer dans une autre langue fait toute la différence ; en revanche, Nini expose une grande part de préjugés qui peuvent rendre moins appréciable le personnage. Cela reste tout de même une très belle pièce, intéressante et avec un très bon jeu d’acteurs.
(Imène)

Nous remercions les équipes du Figuier Blanc et Julie Pospiech pour cette belle opportunité offerte à nos élèves.