Rencontre avec l’association "Les jardiniers partageurs"

par Jérémy MARTIN

Cette année au sein du club sciences du lycée Georges Braque, nous aménageons un potager pédagogique dans lequel un groupe d’élèves s’implique activement. Cette activité a plusieurs intérêts éducatifs, écologiques et environnementaux tels que le gaspillage alimentaire et l’Education au Développement Durable.

C’est dans ce contexte que le jeudi 7 novembre le club science a effectué une visite du potager de l’association "Les Jardiniers Partageurs".

Cette association à but non lucratif souhaite promouvoir et faire vivre les jardins partagés en permettant le partage des savoirs et savoir-faire.
Les bénévoles travaillant dans ce potager nous ont réservé un accueil très chaleureux et nous ont communiqué les différentes techniques de jardinage, quelques astuces et des guides. Les conseils échangés vont nous permettre d’entretenir le potager du lycée au fil des saisons.

Un des bénévoles nous explique que pour réussir son potager tout en préservant l’environnement il y a 3 règles à respecter :
1. Je couvre mon sol
2. Je nourris mon sol
3. J’évite de travailler beaucoup le sol

En effet, dans les potagers de cette association, afin de protéger et nourrir le sol et donc le rendre fertile, un paillage a été mis en place. Ce dernier pouvait être fait de plusieurs manières :
• couvrir le sol de feuilles mortes (éviter les feuilles de platanes car elles se décomposent lentement plutôt privilégier celles des arbres fruitiers)
• couvrir le sol de broyat (de bois et feuilles), mais éviter les résineux
• cultiver des engrais verts (fèves, avoine et seigles) puis les coucher sur le sol pour le couvrir

Nous avons également découvert la technique de la bâche où le jardinier couvre le sol de mauvaises herbes, de feuilles mortes et de broyat puis les recouvrent d’une bâche où il laisse des trous pour les plantes qu’ils souhaite cultiver. Cette technique vise également à apporter de la matière organique qui servira à nourrir la plante d’intérêt que le jardinier cultive. Il est à noter que les mauvaises herbes vont se décomposer car la bâche empêche la lumière de pénétrer.

Melon noir
les physalies

Mme LAUGIER (une parent d’élèves et bénévole) conseille également de laisser certaines mauvaises herbes comme le panais sauvage car il contribue à l’aération du sol et à attirer des insectes utiles comme les coccinelles. Les orties sont de bons activateurs de compost.

Le compost et son aérateur

Nous avons pu observer des associations légumes, fruits et fleurs, et notamment des plantes mellifères comme la pulmonaire, qui favorisent la colonisation du potager par des insectes pollinisateurs.

Sur cette photo, nous pouvons observer une rangée de poireaux, couverts de feuilles (broyat), et une rangée de trèfles. Les trèfles ont un double rôle. Ici, ils apportent des nutriments riches en azote et constituent un chemin propre.

De nombreuses plantes sont cultivées, comme les asperges et les vignes d’Argenteuil, mais aussi des fruits exotiques notamment la poire de terre, le melon poire, des fleurs très séduisantes "les physalis" et nous sommes repartis avec de nombreux plants pour notre potager (fraisier, artichaut, menthe, framboisier....).

Un grand merci à l’association "les jardiniers partageurs" qui porte bien son nom.

décembre 2019 :

Rien pour ce mois

novembre 2019 | janvier 2020

Dans la même rubrique